Close

L’INDUSTRIE MUSICALE ET LES ARTISTES AUTOCHTONES

Cet article a pour but de  donner un bref aperçu de quelques développements qui ont marqué l’émergence de la scène musicale autochtone au Canada.

 

Avant de commencer, voici une pensée (paraphrasant Bear Witness, du groupe A Tribe Called Red)

 

Les peuples autochtones n’ont jamais cessé de faire de l’art. C’est simplement l’industrie qui a commencé à leur porter attention. Il ne faut pas oublier ceux qui étaient présents tout ce temps.

 

 

La scène musicale autochtone s’est imposée comme une force majeure dans l’industrie de la musique au Canada, empreinte de créativité et d’énergie, explorant une grande variété de genres, travail multidisciplinaire, tout en édifiant et en célébrant des traditions qui furent trop longtemps attaquées par des institutions canadiennes.

 

Suite au mouvement Idle No More, où nous avons pu voir les communautés et dirigeants autochtones affirmer l’importance de leurs valeurs et de leurs besoins au sein du courant social et politique canadien, et sous l’impulsion de la Commission de vérité et réconciliation et du récent rapport sur les femmes autochtones disparues et assassinées, les Canadiens ont été forcés de lutter contre le racisme systémique et la violence que le projet colonial a provoqués chez les premiers habitants de ce pays, un système qui perdure encore aujourd’hui.

 

 

Avec l’émergence de l’art de l’art issu des différentes communautés autochtones et les conversations qui ont suscité l’imagination de personnes de partout dans le monde, il était également nécessaire de réfléchir aux racines de ce mouvement et à la façon dont il a contribué aux conversations autour du racisme systémique, de la suprématie blanche et de la justice sociale.

 

Cet article fournira aux parties intéressées des ressources pour se familiariser avec l’incroyable musique qui a envahi le monde ces dernières années, ainsi que des ressources pour mieux comprendre les énormes défis que le système colonial a posés aux peuples autochtones. Il comportera des liens vers des ressources ainsi que des œuvres d’art.

 

Parlons tout d’abord, des peuples autochtones, peuples d’origine à l’origine de notre pays. À qui appartient la terre sur laquelle nous habitons?

 

Utilisez ce site Web (il y a aussi une application) pour le savoir!

 

Le Québec compte (seulement le Québec!) 11 communautés différentes! Relevez le défi et découvrez les 11 via cette carte.

Ensuite, nous devons reconnaître et apprendre de l’injustice qui a conduit à la nécessité d’une résurgence.

 

Saviez-vous que le dernier pensionnat a été fermé en 1996?

 

Voici quelques informations sur le système des pensionnats, l’un des outils les plus destructeurs utilisés par le gouvernement canadien dans ses efforts pour éliminer les peuples autochtones et leurs connaissances.

 

En savoir plus sur Where Are The Children

 

Lire les appels à l’action du TRC ici

 

Lire le rapport du MMIW

 

Prenez un moment pour lire la boîte à outils Indigenous Allly

 

Pour plus d’informations sur l’histoire du Canada, y compris la Loi sur les Indiens, le Livre blancde 1969, le Scoop des années 60 et plus encore, cliquez ici.

 

Le mouvement Idle No More a joué un rôle majeur dans la prise de conscience des réalités de la vie des peuples autochtones à travers le Canada. La communauté musicale, en particulier celle qui s’intéresse à la diversité musicale et culturelle, a commencé à y manifester son intérêt.

 

Découvrez le mouvement Idle No More, lancé en 2011 par 4 femmes.

 

À peu près au même moment, A Tribe Called Red a sorti son premier album.. Leur puissant mélange de tambours Pow Wow et de chants avec des rythmes électroniques s’est avéré irrésistible pour le public. Un phénomène culturel s’est créé, engendrant les nominations aux prix Polaris, les tournées mondiales et les circuits intégrés des grands festivals de musique.

 

 

Un autre grand moment dans l’industrie de la musique a eu lieu lorsque Tanya Tagaq a remporté le prix Polaris en 2014 pour son album Animism. L’année suivante, la légendaire Buffy Sainte-Marie remporta le prix Power In The Blood. En 2018, Jeremy Dutcher a remporté pour son album Wolastoqiyik Lintuwakonawa, entièrement chanté dans sa langue.

 

Écoutez le discours de Jeremy ici

 

À l’échelle internationale, les artistes canadiens ont noué des liens avec leurs homologues européens (il semblerait y avoir une résurgence similaire chez le peuple Sami de Scandinavie).

 

Nous aimerions souligner le travail de ShoShona Kish, du groupe Digging Roots, qui a déployé des efforts considérables pour renforcer les capacités de la communauté artistique autochtone de l’île de la Tortue, en collaborant avec des artistes d’horizons très variés. Elle a reçu le prix WOMEX Excellence Professional en 2018 et a eu la chance de s’adresser à plus de 1000 professionnels de l’industrie de la musique du monde, dont certaines des personnes les plus influentes au sein de cette communauté mondiale qui promeut et met en valeur la diversité culturelle à travers le monde.

 

Elle fut également interviewé par Jo Frost un an auparavant et présenté dans SONGLINES MAGAZINE

 

Vous souhaitez entendre plus d’histoires à travers les paroles?

 

Consultez Indigenous Now

 

Consultez Nikamowin

 

Consultez l’article auxsons

 

Écoutez Jarrett Martineau sur CBC (Reclaimed)

 

Écoutez les artistes! Histoires racontées par des artistes et révélant la vérité: WE ARE THE ONE UNFORGOTTEN – Iskwe ft Tanya Tagaq

 

Regardez Future History APTN

 

Regardez Rumble, un documentaire montrant les racines autochtones du rock and roll

 

Regardez When They Awake

 

 

Regardez Innu Nikamu: Chanter la résistance LE FILM

 

 

Regardez Québékoisie

 

Avis aux diffuseurs (salles/festivals)! 

Voici un guide utile conçu spécialement par le festival Hillside, qui donne quelques idées sur le travail avec les communautés autochtones.

 

Cependant, Andy Hillhouse a noté: «Cela fait maintenant plusieurs années que ce texte a été écrit et, à bien des égards, le contexte et la façon dont les gens parlent de ce sujet ont progressé. Une chose importante est que j’ai apprise est que les autochtones souhaite de ne pas se faire avaler par la notion de diversité culturelle. Ce guide comprend une présentation  des peuples autochtones, ainsi que d’autres  cultures, ce qui peut rendre la distinction des préoccupations des communautés autochtones difficile par rapport aux autres préoccupations. En tout état de cause, il s’agissait d’un document  qu’il nous fallait critiquer dans le but de l’améliorer, et nous espérons toujours pouvoir contribuer à la discussion!